Étiquettes

, , , , ,

TÉLÉCHARGER L’ÉMISSION

Plusieurs biographies et un paquet d’histoires sensationnelles et tristes circulent sur la carrière et la vie de Billie Holiday, à Cabaret Diaspora nous vous offrons quelques vues sur la vie et la musique de celle que  Lester Young surnomma Lady Day.  Da sa naissance dans le Philadelphie des années 10 à sa juste décision de devenir une chanteuse de jazz (et non de blues comme plusieurs tentèrent de l’en persuader) nous écouterons des pièces issues des maisons Verve et Columbia  parcourant ainsi de manière erratique, improvisant un parcours musical à la manière d’une séance jazz.

Lady Day et Lester Young

De Baltimore à Philadelphie jusqu’à New York où Harlem la révélera, Billie Holiday aura une vie courte (morte à 44 ans) mais intense.  Elle consommera tous les plaisirs, verra plusieurs hommes défiler dans son lit et aura des amitiés significatives et créatives (Lester Young entre autres).  Son phrasé et son timbre uniques feront d’elle l’une de nouvelles fondations d’un jazz en mutation, en sa qualité de chanteuse de jazz elle influencera toute une nouvelle génération qui verra en elle le symbole d’une grâce toute afro-américaine.

Pour le plaisir de revisiter le temps, une époque américaine particulièrement fertile en mythes l’équipe de Cabaret Diaspora prend une soirée pour vous raconter des moments et des bribes d’une vie toute américaine.  Comme la chanson Strange Fruit écrite par Abel Meeropol, devenu le symbole de Lady Day .  Elle écrivit dans son autobiographie : « Cette chanson permettait de faire le tri entre les gens biens et les crétins »  Un soir des crétins l’empêchèrent de chanter cette pièce à Mobile, en Alabama où elle fut chassée de la scène, rien que pour avoir osée entonner le début de la chanson.

Publicités