Étiquettes

, , , , ,

Cab Calloway

TÉLÉCHARGER L’ÉMISSION

Exubérant personnage que l’on surnomma à ses débuts le Rudy Valee des gens de couleur, Cab Calloway, l’un des plus grands chefs d’orchestre du siècle, fait l’objet cette semaine à Cabaret Diaspora, d’un portrait d’une heure consacrée à ses Golden Years (1931-1954).

Duke Ellington et Cab Calloway en plein jam session

De la furieuse époque du swing terrible de son orchestre au Cotton Club, où il était l’une des vedettes les plus fameuses, jusqu’à ses rôles cinématographiques (et cartoonesques…), nous tenterons de vous replonger dans cette période de grand plaisir pour le jazz new yorkais.

Encore méconnu aujourd’hui du grand public et laissé de côté par une histoire qui a plutôt privilégié le Duke (pas pour rien il faut l’admettre…), et Benny Goodman (pour la majorité blanche et par la diffusion plus vaste de son œuvre à travers les États-Unis),  Cab Calloway n’en demeure pas moins le roi du hi-de-ho, le maître du scat et de l’entertainement.

Cab Calloway au cabaret

Cette semaine, nous vous dépeignons donc un portrait de cet artiste immense, à travers une émission invitant à la danse (chez vous), enrichie de paroles (avec de nombreux extraits d’entrevues d’époque), et bien entendu rythmée de musique (la meilleure qui soit!).

Place à Cab Calloway!

Remerciements à Jean-François Pitet et à son blogue à consulter de toute urgence :

www.thehidehoblog.com

Remerciements à Arnold Dean et Bob Sherago de nous avoir laissé utiliser leurs précieuses archives :

http://www.goldenage-wtic.org/

Advertisements