Bembeya Jazz National 1971.

Le bembeya est le nom du fleuve passant par la ville de Beyla, une petite ville Malinké en Guinée forestière (frontalier de la Côte d’Ivoires) où se sont rencontré la plupart des membres du groupe.  L’indépendance récemment acquise par la Guinée présidera à la destinée du Bembeya Jazz National.  C’est sous l’impulsion de celle-ci que le président organisera des concours aux quatre coins de la Guinée pour trouver des musiciens capables d’exprimer avec justesse l’âme guinéenne. « On avait nié longtemps la culture africaine. » C’est la raison pour laquelle, sitôt après son investiture, « partout dans le pays naissent des ballets, des troupes de théâtre, des ensembles folkloriques et des orchestres. Objectif : enseigner, parler et chanter guinéen.  Le Syli Jazz, premier nom du Bembeya, jouait beaucoup de standards cubains, le tout combiné à des paroles patriotiques et des mélodies romantiques, plus tard dans l’évolution du groupe interviendra la parole mandingue et le rythme  qui lui est propre.  Nous n’en sommes pourtant pas encore là, l’année 1961 marque le début d’une aventure, celle du Bembeya Jazz National, groupe phare d’une nouvelle ère en Guinée.

Publicités