Le pimp soul de Berkeley et les suicides ratés de Dorothy Parker

darondo1

William Pulliam, qui chanta dans les années 1970 sous le pseudonyme Darondo est un chanteur de funk et de soul dont la voix est à mi-chemin entre Ronald Isley et Al Green.  Peu connu du public excepté par des fanatiques du genre, Darondo est tenu en haute estime par ceux-ci. Le mythe qui l’entoure veut qu’il ait été un souteneur, même s’il l’a toujours nié.

flygirlscoverpicyellow

Nous visiterons ce soir Dorothy Parker à travers un album sobre et lumineux de la chanteuse Myriam Gendron.

La poétesse et critique littéraire a eu une vie faites de grands moments d’engagements politiques et de désillusions. Elle a écrit pour Hollywood, notamment pour Alfred Hitchcok. Dans les années 1950, elle fut une des victimes du maccarthysme et inscrite sur la liste noire du cinéma ; elle était en effet liée plus ou moins directement à la mouvance communiste, ayant entre autres aidé à fonder la « Hollywood Anti-Nazi League » en 1936.

Elle mourut seule dans une chambre d’hôtel avec son chien et une bouteille d’alcool à l’âge de soixante-treize ans.
Elle légua ses biens au mouvement de Martin Luther King, la NAACP (National Association for the Advancement of Colored People).

La poétesse Dorothy Parker

Une émission dansante aussi puisque les Anglais de Jungle nous rendront une visite de deux chansons…L’une des plus belles découvertes du Cabaret depuis un certain moment.

TÉLÉCHARGER L’ÉMISSION

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.